18/09 17:00 La dernière traversée du Défi Bimedia

Hier à 11 heures françaises Yvan a relevé l’ancre, malgré les douleurs provoquées par ses mains crevassées qui le font souffrir depuis plusieurs semaines. C’est avec soulagement qu’il laisse derrière lui Qikiqtarjuaq, l’endroit de l’île de Baffin le plus peuplé d’ours polaires. La nuit qui a suivi la visite du géant blanc d’hier a été stressante, et c’est avec plaisir qu’Yvan retrouve le large. Cap sur le Groenland, enfin !

Sous spi avec 10 nœuds de vent, mais chahuté par la mer résultant de la dernière tempête, les conditions ne sont pas idéales pour « Ma Louloutte ». Parfois, bien que vent arrière, les trains de vagues arrivent de face !

Pourtant le moral est bon et même au top, pour une raison simple : Le soleil est de retour ! Yvan a déjà donné en matière de coups de vent et tempêtes ces derniers jours, et ne se formalise pas d’une relative mollesse du vent ! :

«C’est sûr que je préférerais avoir 15 nœuds que 10 mais, en tous cas je préfère ça à la baston entre 40 et 50 ! Là je marche entre 5 et 6 nœuds cap à l’est pour l’instant, et même si l’air est entre moins 1° la nuit et plus 2° le jour, le soleil fait passer tout ça plus facilement ! » 

Champs d’icebergs

En ce moment je croise des icebergs, environ 20 depuis mon départ du mouillage. Ce sont de vrais immeubles de glace d’environ 500 m de long et près de 100 mètres de hauteur pour les plus grands ! Le souci c’est que présence d’icebergs va souvent avec présence de growlers et c’est plus risqué, j’en sais quelque chose, car ils sont presque indétectables… La nuit, si je suis dans des zones douteuses, je n’hésiterais pas à me mettre à la cape pour éviter toute collision à vitesse élevée. »

En fonction des nuits, avec ou sans visibilité selon la couverture nuageuse, Yvan se voit arriver entre le 20 et le 21 à Nuuk. Mais gardons nous de vendre la peau de l’ours !

 

Post A Comment