05/08 10 degrés au pôle Nord sur le Défi Bimedia

Les dernières 36 heures ont été un vrai concours de lenteur avec seulement 1 mile par heure en moyenne ! C’est depuis le départ la progression la plus lente, mais elle n’a pas eu que des inconvénients ; La chaleur relative qui l’accompagne a aidé Yvan à retrouver les sensations sur le dernier doigt encore impacté par son séjour d’une heure dans la mer à 2° : « Pendant 36 heures les températures sont montées à 10° et j’ai senti que ça jouait sur la circulation dans mes doigts. Maintenant quand je pince la phalange blanchie, je vois un afflux sanguin rosir cette partie et je crois vraiment que je vais tout récupérer progressivement. »

Le redémarrage avec le vent de nord

Depuis hier soir heure française, « Ma Louloutte » a retouché du vent et tient un rythme de 6 nœuds de moyenne. Le vent va bientôt passer au Nord en forcissant jusqu’à 25 nœuds et le fameux bord de travers dans la brise appelé de tous ses vœux par Yvan, sera sans doute au rendez-vous. Par contre l’endroit est mal configuré pour lui laisser le temps de se griser de vitesse : « Ici c’est un enchevêtrement d’îlots et de cailloux dans tous les sens et quand on sait qu’ils ne sont pas ou mal cartographiés, l’angoisse de percuter un haut fond est grande. Il faut naviguer à vue et limiter la vitesse pour être réactif en cas d’urgence. Surtout, une zone de pluie dense va passer sur moi dans quelques heures et la visibilité va chuter ; je serai sans doute contraint de mouiller en attendant que ça passe, car sans visibilité impossible de franchir un tel labyrinthe. »

Yvan est proche aujourd’hui de King Island et n’exclue pas un mouillage sous le vent de l’île si la visibilité venait à trop chuter avec l’épisode pluvieux.

Les incertitudes du nord magnétique

Après avoir longé King Island, le parcours d’Yvan marquera un coude à 90°, vers le nord pendant environ 300 miles. Si la réparation du pilote principal couplé à un GPS ne réussit pas, le seul recours serait le pilote secondaire et son compas classique, utilisant le magnétisme terrestre : « Pour le moment le secondaire semble fonctionner correctement, alors que je suis déjà à l’intérieur de la zone considérée comme très peu fiable pour un compas magnétique. Mais après King et la remontée plein nord, les choses devraient se dérégler. Je devrais réussir à réparer le capteur d’angle de barre défaillant du pilote principal pour retrouver l’usage du compas satellitaire. »

 

Post A Comment