Daily Archives

9 septembre 2017
  • 09/08 18:00 Surréaliste

    Le stand by météo de « Ma Louloutte » prend des allures totalement hallucinantes dans une petite anse à quelques miles de Curry Island. Hier Yvan avait prévu du costaud au niveau du mouillage en affourchant ses deux ancres, mais attendait des vents de 25 à 30 nœuds qui sont en fait montés à 40 et plus dans les rafales. « Ma Louloutte » tirait violemment sur ses chaînes et se faisait secouer par un clapot d’un mètre.

    Comme si ce n’était pas suffisant, le catamaran s’est plusieurs fois retrouvé sur un coque ! La conjonction des rappels brutaux des chaînes, des mouvements du clapot et des fortes rafales ont provoqué ces figures de style qui ont obligé Yvan à user de son poids pour maintenir son bateau à plat et lui éviter de se retourner !

    Un voilier Australien, et un remorqueur qui tracte la barge du bateau d’Amundsen avaient rejoint la même baie ; Yvan éffaré a vu le remorqueur chasser, et la barge derrière lui venir au contact du voilier mouillé un peu en arrière. Le voilier sous la pression a pris une gîte de 45° et Yvan pouvait voir l’équipage en panique essayer de se dégager. C’est seulement quand le remorqueur a mis ses machines en avant que la situation s’est rétablie :  « Incroyable, surréaliste ! Je n’ai jamais vu une telle scène ! Un moment j’ai même craint que cet attellage ne m’arrive dessus et emporte « Ma Louloutte » ! J’ai eu le capitaine du remorqueur à la VHF, il m’a dit que depuis dix ans qu’il navigue sur ce bateau et dans cette région, c’est la première fois que ces ancres dérapent ! »

    La rencontre hautement symbolique entre le bateau d’Amundsen, premier explorateur à avoir franchi le passage du Nord-Ouest et Yvan était déjà improbable, mais dans de telles circonstances, personne n’aurait pu l’imaginer.

    Attention, car le plus fort des prévisions de vent est pour la nuit de samedi à dimanche avec plus de 50 nœuds dans les rafales.  « L’endroit semble sûr même si j’ai fais du freestyle hier ! Mes ancres n’ont pas bougé et c’est le principal. Avec 50 nœuds si elles dérapent ce sera l’échouage assuré. »

    Yvan aura l’énergie suffisante pour surmonter cette tempête, car les nouvelles sont bonnes pour les jours suivants : « Quand cette dépression sera passée, il y aura normalement 3 à 4 jours favorables à la traversée de la Mer de Baffin, avec en plus des températures qui redeviendront positives ! Donc je suis prêt si tout ça se confirme à partir dès lundi pour la traversée. Une fois de l’autre côté, les mouillages sont nombreux pour s’abriter en cas de coup de vent alors que côté canadien ils vont se raréfier . Là je sens bien la suite et je pourrais être à Nuuk le 20 !! ».

    Bien sûr personne ne sait mieux qu’Yvan que des pièges et des retournements de situations sont toujours possibles. Mais pour une fois l’horizon semble s’éclaircir pour l’issue du défi Bimedia !