Journal de bord

Currently browsing: Journal de bord
  • Défi Bimedia Yvan Bourgnon : Le compte à rebours est lancé !

    Dans les premiers jours de juillet, le navigateur Franco-suisse Yvan Bourgnon s’élancera de Nome en Alaska pour une première mondiale : Le franchissement du passage du Nord-Ouest entre l’Alaska et le Groenland sur un catamaran de sport de 6.30 mètres, non habitable, sans moteur, sans assistance…et en solitaire !

    A double vocation, sportive et environnementale.

    Ce défi n’est pas seulement un exploit sportif hors normes. Yvan aura à cœur par ses observations, de sensibiliser le public sur la pollution et les effets du réchauffement climatique dans ces contrées polaires.

    Le Défi de tous les dangers

    Sur les 7500 km de son périple, Yvan Bourgnon sera confronté à des températures proches de 0° et un chavirage pourrait avoir de graves conséquences. Les rencontres avec des icebergs massifs et des growlers au positionnement incertain s’ajoutent au risque d’être bloqué par une reformation précoce de la banquise :
    « Le timing pour réaliser l’ensemble du passage en une seule saison est serré, je vais devoir redoubler d’efforts pour naviguer quasiment 2 mois sans m’arrêter.»

    La faune Arctique pourrait également lui réserver des surprises, avec l’emblématique ours polaire, redoutable nageur, dont Yvan Bourgnon, sans moteur et au ras des flots, devra se méfier 24 h sur 24.

    Une préparation à la hauteur du défi.

    Yvan et son catamaran «Ma Louloutte» ont déjà effectué un tour du monde ensemble et si le marin s’est physiquement préparé, le bateau n’est pas en reste : entre autre un renforcement des étraves par du Kevlar pour parer les chocs avec la glace, le conditionnement en boite étanche du pilote automatique, le renforcement du pied de mat et l’ajout de panneaux solaires supplémentaires. Des toiles abritant les bancs couchettes et une combinaison étanche sur mesure, améliorent confort et sécurité.

    Malgré tout, une grande part d’inconnu subsistera dans cette région très mal cartographiée :
    «Je me situe plus comme un aventurier qu’un scientifique. L’idée de ne pas tout savoir sur ce qui m’attend me plaît. Je souhaite trouver des solutions en cours de route.»

    Le navigateur sera équipé d’un téléphone satellite, d’une balise de détresse. A terre, Yann Bonneau le responsable de la sécurité sera en contact permanent et en capacité de déclencher une éventuelle opération de sauvetage.

    Pour le moment « Ma Louloutte » est sur le pont d’un porte container à Panama City, avant de rejoindre Anchorage puis Nome (Alaska), point de départ du Défi Bimedia.

  • Défi Bimedia Yvan Bourgnon : Le compte à rebours est lancé !

    Dans les premiers jours de juillet, le navigateur Franco-suisse Yvan Bourgnon s’élancera de Nome en Alaska pour une première mondiale : Le franchissement du passage du Nord-Ouest entre l’Alaska et le Groenland sur un catamaran de sport de 6.30 mètres, non habitable, sans moteur, sans assistance…et en solitaire !

    A double vocation, sportive et environnementale.
    Ce défi n’est pas seulement un exploit sportif hors normes. Yvan aura à cœur par ses observations, de sensibiliser le public sur la pollution et les effets du réchauffement climatique dans ces contrées polaires.

    Le Défi de tous les dangers
    Sur les 7500 km de son périple, Yvan Bourgnon sera confronté à des températures proches de 0° et un chavirage pourrait avoir de graves conséquences. Les rencontres avec des icebergs massifs et des growlers au positionnement incertain s’ajoutent au risque d’être bloqué par une reformation précoce de la banquise :
    « Le timing pour réaliser l’ensemble du passage en une seule saison est serré, je vais devoir redoubler d’efforts pour naviguer quasiment 2 mois sans m’arrêter.»

    La faune Arctique pourrait également lui réserver des surprises, avec l’emblématique ours polaire, redoutable nageur, dont Yvan Bourgnon, sans moteur et au ras des flots, devra se méfier 24 h sur 24.

    Une préparation à la hauteur du défi.
    Yvan et son catamaran «Ma Louloutte» ont déjà effectué un tour du monde ensemble et si le marin s’est physiquement préparé, le bateau n’est pas en reste : entre autre un renforcement des étraves par du Kevlar pour parer les chocs avec la glace, le conditionnement en boite étanche du pilote automatique, le renforcement du pied de mat et l’ajout de panneaux solaires supplémentaires. Des toiles abritant les bancs couchettes et une combinaison étanche sur mesure, améliorent confort et sécurité.

    Malgré tout, une grande part d’inconnu subsistera dans cette région très mal cartographiée :
    «Je me situe plus comme un aventurier qu’un scientifique. L’idée de ne pas tout savoir sur ce qui m’attend me plaît. Je souhaite trouver des solutions en cours de route.»

    Le navigateur sera équipé d’un téléphone satellite, d’une balise de détresse. A terre, Yann Bonneau le responsable de la sécurité sera en contact permanent et en capacité de déclencher une éventuelle opération de sauvetage.

    Pour le moment « Ma Louloutte » est sur le pont d’un porte container à Panama City, avant de rejoindre Anchorage puis Nome (Alaska), point de départ du Défi Bimedia.